Les Jachères Apicoles
ACCUEIL   NEWSÉVÈNEMENTSPRESSEQUI SOMMES-NOUS ?VOS QUESTIONS SOUTENEZ-NOUS !  ADHÉREZ AU RBA 

Mois par mois, exemples de floraisons importantes pour l’abeille domestique

Mars

- Le Noisetier Corylus avellana

est un arbre qui fleurit entre janvier et mars. Les chatons caractéristiques des fleurs mâles se reconnaissent aisément, et sont fréquentés par les butineuses lorsque les conditions de température le permettent, ce qui n'est pas garanti tous les ans à cette période de l'année. Elles y trouvent du pollen qu'elles ramènent dans des pelotes à la couleur jaune-pâle.

La pollinsation du noisetier est anémogame (transport des grains de pollen jusqu'aux fleurs femelles par le vent) ; sur un même noisetier, la floraison des fleurs mâles se déroulent avant celle des fleurs femelles (qui ressemblent à des bourgeons à bois, ornés de stigmates rouges), qui seront donc fécondées par le pollen d'un autre noisetier plus tardif.

Pour quelques images de noisetier, cliquez-ici.

- Le Cornouiller mâle Cornus mas

Arbuste à floraison précoce (dès mars - avril), le Cornouiller mâle est une espèce de cornouiller originaire du sud de l'Europe et d'Asie. En France, il est plus répandu dans l'Est que dans l'Ouest.

Appréciant les sols frais et calcaires, il supporte bien la taille et est recommandé pour entrer dans la composition de haies pollinifères diversifiées (peu de production de nectar). Rustique, il peut monter jusqu'à plus de 10m de haut, et vivre facilement jusqu'à 100 ans.

Utile non seulement aux abeilles et autres pollinisateurs, avec ses fleurs jaunes qui offrent une source intéressante de pollen en sortie d'hiver, il est également apprécié par la faune, puisque lièvres et cerfs consomment son feuillage.

Pour des photos de cornouiller mâle, cliquez-ici !

- Le Saule marsault Salix caprea

Arbre de la famille des salicacées, pouvant mesurer jusqu'à 15m de haut, le saule marsault offre ses infloresences riches en nectar et en pollen aux pollinisateurs à partir du mois de mars. Sa floraison est d'autant plus intéressante qu'elle est relativement longue, et en fait un des arbres identifiés par le Réseau comme une source importante de pollen, qu'il est donc particulièrement intéressant d'avoir dans l'environnement de son rucher. Il est assez fréquent dans les zones humides, les broussailes ou les haies.

A noter : le saule marsault est une espèce dioïque, ce qui signifie que chaque individu ne porte que des fleurs mâles ou que des fleurs femelles, mais jamais les deux en même temps. Si donc seule la moitié des individus (les mâles) produit du pollen, tous par contre portent des nectaires et offrent du nectar aux pollinisateurs.

Pour des photos de saule marsault, cliquez ici !

 

Avril

- l'Erable champêtre Acer campestre

Il existe au moins une trentaine d'espèces principales d'érables du genre acer (c'est par exemple la feuille de l'érable à sucre, acer saccharum, que l'on retrouve sur le drapeau du Canada) au niveau mondial.

Ces arbres à feuillage caduc mesurent habituellement entre 20 et 30m de haut, et sont connus pour leurs samares doubles caractéritiques en guise de fruits.

En France, on retrouve surtout l'érable champêtre (acer campestre), l'érable sycomore (acer pseudoplatanus) et l'érable plane (acer platanoïdes), sauf en région méditerranéenne, ou l'érable de Montpellier (acer monspelliensis) et l'érable à feuille d'obier (acer opalus) sont plus fréquents. Tous sont pollinifères et nectarifères, avec des possibilités de récolte intéressantes quand les conditions sont favorables (plusieurs centaines de kilos de miel à l'hectare d'érables). Ils fleurissent entre mars et avril.
Le mode de pollinisation est anémogame (transport des grains de pollen par le vent).

Pour quelques photos d'érable (champêtre), cliquez ici.

- Le pissenlit Taraxacum officinale

Si de nombreuses espèces présentant le capitule jaune caractéristique sont communément appelées pissenlit, les pissenlit véritables appartiennent au genre botanique Taraxacum. Faisant partie de la vaste famille des Astéracées (ou Composées), le genre Taraxacum regroupe de nombreuses espèces ; le pissenlit commun, que l'on retrouve dans de nombreuses formations herbacées, correspond à l'espèce Taraxacum officinale (aussi appelée dens leonis, "dent-de-lion", pour la forme recourbée des dents de ses feuilles).
Le pissenlit est d'ailleurs une espèce presque plus facile à reconnaître à graines qu'en fleurs, avec ses akènes à aigrettes sur lesquelles il est traditionnel de souffler pour les voir s'envoler.

Attention tout de même, pour les abeilles, aux régimes en pollen trop riches en pissenlit : son pollen est
en effet particulièrement carencé en un acide-aminé important.

Pour des photos de pissenlit, cliquez-ici.


Mai

- le Colza, Brassica napus

Une grande culture d'importance primordiale pour la production de miel

Plante de la famille des crucifères (moutarde, choux, navets...), le colza est une culture nectarifère et pollinifère cultivée dans toutes les régions de France, et particulièrement dans les zones de grandes cultures. Aujourd'hui, ce sont surtout des variétés de colza d'hiver, semées fin août, qui sont cultivées en France, plutôt que des colza de printemps, semés entre mars et avril, et à la floraison plus courte.
La culture du colza, présente sur plus de 1,5 million d'hectares en 2007, est sans doute amenée à se développer encore, pour répondre à la demande d'augmenter la production de biocarburants.

Sa fleur jaune colore les paysages entre la fin du mois d'avril et le début du mois de mai. La floraison, qui s'échelonne classiquement sur 4 à 6 semaines (avec 3 semaines de pleine floraison), débouche habituellement sur la première récolte de miel de printemps. L'abondance de nourriture pour les abeilles à ce moment provoque même parfois des essaimageLa méthode de reproduction d'une colonie chez les abeilles mellifères dans laquelle la reine et approximativement la moitié des ouvrières d'une colonie quittent rapidement la ruche parentale et s'envolent vers un site proche à l'air libre. Là elles se mettent en grappe tandis que les éclaireuses partent à la recherche d'une cavité convenable pour y établir le nid. Finalement, toutes les abeilles s'envolent vers ce site de nidification (source : apisite.online.fr)s.

La production de nectar du colza varie selon plusieurs paramètres : richesse du sol en potassium, variété de colza, et bien sûr conditions climatiques. Selon les différents auteur, la production de miel peut grandement varier, de 50 à plus de 500 Kg de miel par hectare. Au niveau du pollen, les analyses réalisées tendent à montrer que le pollen de colza possède une bonne valeur nutritive pour les colonies d'abeilles. Comme la floraison arrive à une période d'élevage intense dans les colonies, cette bonne valeur nutritive concourt à un bon développement des colonies.

Un mot enfin sur le miel de colza : connu pour sa cristallisation précoce, il doit être extrait rapidement des hausses : sa cristallisation peut se produire à l'intérieur même des rayons s'il n'est pas extrait assez rapidement après l'operculationFermeture des cellules par une fine pellicule de cire (source : apisite.online.fr) des cellules de stockage.

Pour des images de colza, cliquez ici.


- Le robinier (acacia), Robinia pseudoacacia

Le robinier pseudo-acacia, communément appelé (et à tort) acacia, est un arbre à feuilles caduques de la famille des légumineuses (ou fabacées), qui fleurit au mois de mai. Pour les ruchers qui profitent d'une présence significative de ces deux ressources, les hausses de miel d'acacia se remplissent juste après la récolte du miel de colza. Comme les autres espèces de la famille des légumineuses, l'acacia profite des nodules de son système racinaire pour capter l'azote de l'air.

Attention tout de même : les fortes capacités de reproduction végétative (par rejets de souche et drageonnage) en font une espèce pionnière compétitive capable de modifier profondément les populations végétales locales.

Apprécié par de nombreux amateurs de miel, le miel d'acacia est caractérisé par son état très liquide, et son goût pas trop marqué.

Pour quelques photos d'acacia, cliquez-ici !


Juin

- les trèfles, Trifolium sp.

Appartenant à la famille des légumineuses (fabacées), il existe de nombreuses espèces de trèfles : environ 250 espèces font partie du genre Trifolium. Leurs feuilles sont typiquement composées de 3 folioles.

En France, les principales espèces de trèfles cultivées ou spontanées sont le trèfle blanc (trifolium repens qui est la légumineuse la plus répandue dans les prairies), et le trèfle violet (trifolium pratense), mais on peut aussi retrouver :
- le trèfle hybride Trifolium hybridum,
- le trèfle incarnat Trifolium incarnatum,
- le trèfle d'Alexandrie Trifolium alexandrinum,
- le trèfle de Perse Trifolium resupinatum.

Ces différentes espèces présentent toutes un intérêt apicole, que ce soit pour le nectar ou pour le pollen, reconnu de bonne qualité nutritive pour les abeilles (c'est le cas pour la plupart des légumineuses).

Si le trèfle violet et le trèfle hybride peuvent fleurir à partir de mai, les autres espèces pointent habituellement leurs corolles à partir du mois de juin. Quand les conditions sont favorables à la nectarification, la production de miel peut aller jusqu'à 100 Kg par hectare (donnée pour le trèfle blanc).

Un autre intérêt des trèfles (blanc, violet, hybride au moins) est qu'ils peuvent remonter à fleurs en fin de saison : en réalisant un broyage après la première floraison (ou floraison principale), la plante pourra, si elle suffisamment d'eau à disposition, remonter à fleurs quelques semaines plus tard, offrant nectar et pollen aux insectes butineurs à une période où les risque de disette alimentaire sont plus importants (août / septembre).

Pour des photos des trèfles cités, mais aussi des autres espèces, cliquez-ici.


- le coquelicot Papaver rhoeas

Espèce emblématique de la flore messicole, le coquelicot est peu apprécié par les agriculteurs dans les parcelles de céréales, où sa trop forte présence peut entraîner des pertes de rendement parfois conséquentes.

Implanté dans des mélanges de jachèresLa jachère est l'état d'une terre arable au repos dans l'intervalle entre deux cultures. Le terme désigne aussi, par métonymie, cette terre elle-même (source : Wikipédia) fleuries, ou tout simplement présent sur les bords de route, il est par contre d'un grand intérêt pour les abeilles et d'autres insectes pollinisateurs. Il produit en effet un pollen de toute première qualité, tellement attractif que la fleur n'a même pas besoin de produire de nectar (espèce uniquement pollinifère) pour attirer les insectes pour sa pollinisation ! Autre preuve de sa grande attractivité : les abeilles débordent parfois largement de leur aire "classique" de 3 km de rayon pour aller récolter du pollen de coquelicot.

A préconiser donc pour les mini-jachèresLa jachère est l'état d'une terre arable au repos dans l'intervalle entre deux cultures. Le terme désigne aussi, par métonymie, cette terre elle-même (source : Wikipédia) apicoles en fond du jardin !

Quelques photos de coquelicot en cliquant ici.

 

Juillet

- la luzerne Medicago sativa

Bien que ses surfaces en France aient été divisées par 5 en 40 ans, la luzerne reste cultivée pour sa richesse en protéines, pour participer à l'alimentation animale. Notamment en région Champagne-Ardenne, qui est la première région européenne pour la production de luzerne déshydratée. La luzerne peut donner 3 coupes dans l'année ; elle fleurit une première fois en juin, puis refleurit jusqu'en septembre.

Le miel de luzerne est récolté de juillet à septembre dans les grandes plaines Champenoises. La miellée quand elle est présente est toujours brutale et intense, et peut amener en conditions favorables une production de plus de 400 Kg de miel à l'hectare. De couleur dorée à la récolte, le miel pâlit en cristallisant finement. A noter que l'abeille est le pollinisateur utilisé préférentiellement pour polliniser les cultures de production de semences de luzerne.

Pour des photos de luzerne, cliquez ici !

 

- le tournesol Helianthus annuus

Espèce annuelle appartenant à la famille des Astéracées (ou Composeés), le tournesol est une des cultures présente en France qui intéresse les abeilles. Et les apiculteurs.

Le développement important des surfaces de tournesol (passage de un peu moins de 500 000 ha en 83/84 à plus de 1 million d'hectares en 90/91), notamment dans le centre-ouest, a même entraîné une vague d'installation d'apiculteurs professionnels. Qui ont du ensuite faire face à l'évolution inverse, avec la réforme de la PACPolitique Agricole Commune de 92, avec un peu plus de 600 000 ha pendant la campagne 2004/2005.

A retenir : la qualité nutritive du pollen, selon les travaux du Pr. Jacobs, peut être très variable entre les différentes variétés cultivées : selon les résultats des tests "durée de vie des abeilles", cela varie du simple... au quadruple !

Il ne faut pas non plus avoir de certitudes trop arrêtées sur les quantités de miel récoltées par les ruches à proximité des parcelles de tournesol... Là encore, la question de la variété entre en jeu, mais aussi le type de sol, l'hygrométrie et autres conditions climatiques peuvent faire énormément varier les récoltes de miel.

Quelques photos de tournesol en cliquant ici.


 

Août

- le lierre commun Hedera helix

Lianne arborescente, grimpante et rampante, très répandue en France, le lierre est moins connu comme source de nectar et de pollen. Et pourtant, en fin de saison apicole, il propose une floraison riche en pollen et en nectar, qui est particulièrement bienvenue pour les colonies. En effet, celles-ci commencent doucement à se préparer à l'hivernage (constitution des dernières réserves).

Plante capable de s'adapter à de nombreux milieux, et peu exigeante quant à la nature du sol, le lierre est très couramment présent en sous-bois, mais aussi sur le littoral atlantique où il résiste aux pluies abondantes et aux embruns maritimes. Ils'adapte aussi à la sécheresse dans les pays méditerranéens et peut pousser en montagne jusqu'à 1000 m d'altitude. Il ne résiste cependant pas aux grands froids. Rien d'étonnant puisqu' à l'origine, c'est une plante méditerranéenne (voir la cuticule cireuse des feuilles qui limite sa transpiration, et sa floraison d'automne, qui caractérise les fleurs méditerranéennes) qui a migré vers le nord et y est restée.

pour des photos de lierre commun, cliquez ici !

- l'origan Origanum vulgare

Souvent confondu avec la marjolaine, l'origan est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées (où l'on retrouve également, entre autres plantes mellifères, les lavandes, les lamiers, les germandrées...), qui est encore en fleurs au courant du mois de septembre. Dans certains secteurs, où les sources de pollen se raréfient à cette période de l'année, elle peut donc constituer une source privilégiée de nourriture pour les butineurs quand elle est fortement présente.

Doté de nombreuses propriétés médicinales, l'origan est également utilisé en cuisine, notamment en Italie, et se marie bien avec le basilic, le thym...

Pour quelques photos d'origan, cliquez ici !


Septembre

- la bruyère callune Calluna vulgaris

Utilisée depuis le Moyen Age pour ses propriétés diurétiques et antiseptiques, la bruyère callune est la seule espèce de bruyère représentante du genre Calluna.
Il s'agit d'un petit arbrisseau de 20 à 50 cm, aux tiges très ramifiées et aux feuilles persistantes, souvent en colonies denses. Les fleurs, de couleur rose, sont disposées en longues grappes dressées, et ressemblent à des grelots à 4 dents.

Au niveau apicole, elle constitue une source de pollen, mais surtout de nectar, fort intéressante pour les abeilles, avec sa floraison tardive dans la saison, à une époque où les ressources peuvent se faire rares dans certains paysages. Quand elle est suffisamment présente (Auvergne, Cévennes, Landes, et Pyrénées notamment), et que les conditions climatiques sont favorables, elle donne un miel à la cristallisation lente et à l'arôme puissant, sécrétant d'intenses saveurs fruitées.
Le miel de callune s'avère très riche en oligo-éléments (et en particulier potassium, fer, soufre, manganèse...)

Pour des images de bruyère callune, cliquez ici.



Octobre

- l'arbousier Arbutus unedo

Appelé également "arbre à fraises", l'arbousier est un arbuste de la famille des Ericacées, présent en France surtout sur le bassin méditerranéen et en Corse. Préfèrant les terres acides (terre de bruyère), il s'accommode d'un emplacement exposé au soleil ou à demi ombré.
Ses fleurs, blanches et en forme de clochettes, sont réunies par vingtaine en grappes tombantes, et apparaissent à partir de la fin octobre, et jusqu'à début décembre.

Récolté courant novembre dans le sud de la France et en Corse, le miel d'arbousier peut surprendre par son amertume : pour les amoureux de miel robuste !

Pour des images d'arbousier, cliquez-ici !


- la verge d'or,  Solidago virgaurea L.

Encore appelée Solidage, la verge d'or est une plante vivace de la famille des Astéracées qui a la particularité d'être une des rares plantes herbacées de la flore mellifère à être encore en fleurs courant octobre.

Rare dans le midi, elle est commune dans le reste de la France et se retrouve le plus fréquemment dans les bois secs, les clairières, et dans les rocailles, ce jusqu'à 2000 m d'altitude. De port dressé, elle peut atteindre jusqu'à un mètre de hauteur.

Elle tire son nom du latin solidor (consolider) du fait de ses propriétés veinotonique, anti-diarrhéique, et des son action dépurative et diurétique.

Pour des photos de solidage verge d'or, cliquez ici !



Novembre

- les Cosmos Cosmos sp.

Parmi les espèces présentes dans les mélanges de jachèresLa jachère est l'état d'une terre arable au repos dans l'intervalle entre deux cultures. Le terme désigne aussi, par métonymie, cette terre elle-même (source : Wikipédia) fleuries, les cosmos offrent le grand avantage d'une période de floraisons très allongée. Alors que les premières inflorescences sont ouvertes dès la fin juillet, les dernières ne disparaissent qu'avec les premières gelées de novembre ! Tout bénéfice pour l'impact paysager auprès du grand public, mais aussi pour les insectes pollinisateurs, qui peuvent en profiter pour des derniers apports, notamment de nectar, avant le repos hivernal.

Espèce herbacée de la famille des Astéracées, les cosmos se retrouvent dans les jachèresLa jachère est l'état d'une terre arable au repos dans l'intervalle entre deux cultures. Le terme désigne aussi, par métonymie, cette terre elle-même (source : Wikipédia) fleuries principalement avec deux espèces : Cosmos bipinnatus (blanche, rose, ou rouge) et Cosmos sulfureus (orange ou rouge).

Le genre Cosmos répond bien aux exigences des plantes pour jachère, avec une bonne rusticité : pas besoin de fertilisation, bonne résistance à la sécheresse et bonne adaptation aux sols pauvres.

Pour les particuliers : vous pouvez semer les cosmos directement en pleine terre à partir de la mi-mai.

Pour quelques photos de cosmos, cliquez ici !

 

 

 

 

 

Les articles d'actus sur le thème des péridoes de floraisons

- 17/02/2014 : Butinage de février
Source :

Page Internet :  http://perso.orange.fr/bernard.langellier/noisetier/noisetier2.htm
http://perso.orange.fr/champyves/arbres/fichier_html/erable.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89rable_champ%C3%AAtre
Bulletin technique apicole, 1994, 21 (1), 85, 43-50
Fiche technique 4 0 42 - Bulletin technique apicole, 1996, 23 (1), 45
http://www.fleurs-des-champs.com/phototheque/fiche_plante.php?code=51
traité Rustica de l'apiculture
http://www.lesarbres.fr/fiche-arbousier.php



LIENS UTILESCONTACTLEXIQUEJACHERES APICOLESMENTIONS LÉGALES