Les Jachères Apicoles
ACCUEIL   NEWSÉVÈNEMENTSPRESSEQUI SOMMES-NOUS ?VOS QUESTIONS SOUTENEZ-NOUS !  ADHÉREZ AU RBA 

L'abeille domestique au service de la pollinisation de la flore naturelle et des espèces cultivées

 

Un service inestimable pour la biodiversité

Si tout le monde, ou presque, apprécie les abeilles pour le miel, leur travail de pollinisation est moins connu du grand public.


Qu’est-ce que la pollinisation ?
Lors de son activité de butinage, l’abeille transporte sur son corps des grains de pollen, présents dans les anthères des fleurs (cf. schéma), et qui sont les organites contenant les gamètes mâles des plantes. Lorsque l’abeille arrive sur une autre fleur de la même espèce, les grains de pollen vont se déposer sur les stigmates (femelles) de la fleur ; le grain de pollen va alors « germer » pour apporter le matériel génétique mâle jusqu’à l’ovule, qui contient le matériel génétique femelle.


cliquez sur le lien pour agrandir (source : http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/pub360/7thinningf2.gif)

Le terme pollinisation désigne donc le transport des grains de pollen jusqu’aux stigmates (d’une même fleur ou d’une fleur d’une même espèce). Ce processus débouche sur la fécondation de l’ovule par le pollen, et permet donc d’assurer la reproduction des plantes, avec la formation de nouvelles graines. 


Le saviez-vous ? il existe différents modes de pollinisation chez les plantes supérieures : les 2 principaux sont :
- l’anémogamie (ou anémophilie) : les grains de pollen sont transportés d’une fleur à l’autre par le vent ,
- l’entomogamie (ou entomophilie) : les grains de pollen sont transportés d’une fleur à l’autre par un insecte .

Plus rarement, on rencontre des plantes à fleurs qui ont d’autres modes de pollinisation : ornithophilie (transport de pollen réalisé par des oiseaux), hydrogamie (par l’eau) ; les chauve-souris (cheiroptérophilie), ou certains petits mammifères peuvent également être des agents de pollinisation pour certaines plantes.

Cette activité de pollinisation réalisée par les abeilles (et les autres insectes butineurs) n’a rien d’anecdotique : elle est d’une importance essentielle pour la biodiversité et l’environnement. Et pour l’économie agricole.
Les estimations de la valeur ajoutée apportée par les pollinisateurs, aussi difficiles soient-elles (il ne faut pas oublier les autres facteurs qui peuvent intervenir dans la pollinisation, comme le vent ou l’auto-pollinisation passive), confirment tous leur rôle majeur :

Ainsi, récemment, un groupe de chercheurs internationaux a conclut que 35% de la production mondiale de nourriture serait liés aux insectes pollinisateurs (cf. news du 31 octobre 2006). Aux USA, en 2000, la contribution des abeilles au PIB américain (pollinisation --> fécondation --> formation graines --> récolte et vente) a été estimée à 15 milliards de dollars. Enfin, en 1982 en France, l’augmentation des productions agricoles attribuée à la pollinisation par les abeilles a été estimée à 3 milliards de francs (cf. TASEI, 1996).

Enfin, il est largement reconnu que l’abeille participe à la pollinisation de 80% de l’ensemble des plantes à fleurs (voir par exemple ce lien)…

 

Et pour l’agriculture

La pollinisation des plantes par les abeilles apporte deux types de bénéfices, en fonction de la culture butinée :

- amélioration de la qualité, augmentation du rendement (arboriculture par exemple),
- régularité de la production / multiplication de semences (radis, oignon, carotte…)

Par exemple, sans le butinage par les abeilles (et les autres insectes pollinisateurs), pas de production de petits fruits : framboise, mûre, cassis, groseille, myrtille, ni de lavande, dont la reproduction (préalable à la formation des fruits) est dépendante de la présence de butineurs.

Voici une liste, non exhaustive, des principales cultures que les abeilles contribuent à féconder :

- GRANDES CULTURES (objectif d'augmentation du rendement) :

- colza Brassica napus
- féverole Vicia faba
- tournesol Helianthus annuus

 

 - ARBORICULTURE (objectif d'augmentation de la qualité et du calibrage des fruits) :

- abricotier Prunus armeniaca
- amandier Prunus dulcis
- cerisier Prunus mahaleb
- kiwi Actinidia sinensis
- pêcher Prunus persica
- poirier Pyrus communis
- pommier Malus sylvestris
- prunier Prunus domestica

 

- CULTURES MARAICHERES (objectif de rendement) :

- courges, courgettes (Cucurbita pepo) et potirons (Cucurbita maxima)
- fraisier Fragaria x ananassa
- melon Cucumis melo
- poivron et piment Capsicum annuum
- tomate Solanum lycopersicum
- pastèque Citrullus lanatus
- cornichon Cucumis sativus
- aubergine Solanum melongena

 

- CULTURES PORTES GRAINES (objectif de production de semences) :

- luzerne Medicago sativa
- trèfle blanc Trifolium repens
- trèfle violet Trifolium pratense

 

- SEMENCES POTAGERES (objectif de production de semences) :

- carotte Daucus carota
- oignon Allium cepa
- radis Raphanus sativus
- asperge Asparagus officinalis
- chou Brassica oleracea
- endive Cichorium intybus convar. foliosum
- poireau Allium porrum

Même si l’abeille est le principal agent pollinisateur, il convient de noter qu’elle n’est pas le seul insecte à « travailler » à l’augmentation des rendements agricoles. Il est en effet fréquent, par exemple dans la production de tomates sous serre, que les producteurs utilisent des colonies de bourdons pour assurer la fécondation des fleurs. Tout aussi friands de pollen et de nectar, ils ont tendance à moins piquer, ce qui rend le travail moins désagréable pour les ouvriers dans la serre…

Outre les abeilles et les bourdons, d’autres hyménoptères, comme la guêpe, le frelon, et d’autres ordres d’insectes, participent également à la fécondation de plantes cultivées ou sauvages : c’est le cas de nombreux lépidoptères (les papillons), diptères (mouches), certains coléoptères… Toutes les espèces d’insecte consommatrices de pollen participent à leur niveau à la pollinisation des plantes.


 

Les articles d'actu sur ce thème :

- 18/12/2013 : Démographie de l'apiculture européenne
- 06/02/2014 : Des abeilles robots pour la pollinisation
Source :

- Traité Rustica de l’apiculture, © 2002 éditions Rustica
- http://www.futura-sciences.com/news-insectes-pollinisateurs-leur-importance-economique_6802.php
- http://www.apicolturaonline.it/aidepol1.htm
- Wikipedia
- TASEI J.N., 1996, Impact des pesticides sur les abeilles et les autres pollinisateurs. Lusignan : INRA, 1996. Fichier informatique. Rapport. URL : http://www.inra.fr/internet/produits/dpenv/taseic29.htm



LIENS UTILESCONTACTLEXIQUEJACHERES APICOLESMENTIONS LÉGALES