Les Jachères Apicoles
ACCUEIL   NEWSÉVÈNEMENTSPRESSEQUI SOMMES-NOUS ?VOS QUESTIONS SOUTENEZ-NOUS !  ADHÉREZ AU RBA 

Des espèces cultivées importantes pour l'alimentation de l'abeille et les récoltes de miel

Toutes les cultures agricoles fécondées par les abeilles ne donnent pas forcément à la colonie la possibilité de faire d’importantes réserves de nectar, et donc à l’apiculteur la possibilité de faire des récoltes de miel. Ces cultures participent cependant à l’alimentation des colonies, et cela d’autant plus qu’elles sont présentes sur de larges surfaces. 


Exemples : dans la région du Gâtinais Français (Loiret), à Beaune-la-Rolande (site expérimental d’Orville), on retrouve dans les trappes à pollen de la zone témoin :
- Du pollen de colza, qui représente jusqu’à 57% des grains de pollen ramenés quotidiennement (pollen de trappes prélevé le 20 mai 2006),
- Du pollen de tournesol, qui représente jusqu’à 84% des grains de pollen ramenés quotidiennement (pollen de trappes prélevé le 15 juillet 2006).

L’évolution et la modernisation de l’agriculture, trop rapidement montrée du doigt pour ses effets négatifs sur la diversité des paysages (arrachages de haies, diminution de la diversité des cultures), a donc également apporté des éléments positifs. Les cultures mises en place, qu’elles soient annuelles comme le colza ou le tournesol, ou pérennes, comme en arboriculture, sont des sources sûres de nectar et de pollen pour les colonies. Et quand ces cultures sont suffisamment nectarifères, elles peuvent permettre des récoltes importantes de miel pour les apiculteurs.

 


 Exemples : la récolte de miel possible sur une seule ruche placée à proximité d’une parcelle de tournesol pendant sa floraison, lorsque les conditions climatiques sont favorables, peut atteindre plus de 50 Kg (parfois jusqu’à 75 Kg), le tout amassé en à peine 3 semaines de floraison. Sur colza, une bonne récolte peut dépasser la vingtaine de kilos de miel par ruche.

Le saviez-vous ?
Pendant les années 80, et jusqu’au milieu des années 90, la culture du tournesol a connu son « âge d’or » sur le territoire français. A l’époque, les promesses de très fortes récoltes de miel de tournesol ont entraîné l’installation de nombreux apiculteurs. C’est suite à la réforme de la PACPolitique Agricole Commune de 1992, lorsque les surfaces de tournesol ont fortement diminué (diminution de 40% des surfaces de tournesol au niveau national entre 1994 et 2005), que les problèmes rencontrés par les apiculteurs face au dépérissement de leurs colonies ont été soulevés.
A noter, comme le montre le graphique suivant, que pendant que les surfaces de tournesol diminuaient fortement, la population d’abeilles s’est relativement maintenue (source : SCEES).

 
cliquez sur l'image pour voir en grand

Comme la rubrique précédente le détaille, colza et tournesol ne sont pas les deux seules cultures agricoles dont profitent les abeilles. Les cultures arboricoles, ainsi que de nombreuses espèces légumières, même si elles ne donnent pas de possibilités de récolte de miel équivalentes aux plusieurs dizaines de kilo mentionnées pour le colza ou le tournesol, participent à la diversification du bol alimentaire et des apports en pollen.

Source :
- http://apisite.online.fr/presse06a.htm
- Berrier 2004, Analyse de la filière apicole sous un angle technique


LIENS UTILESCONTACTLEXIQUEJACHERES APICOLESMENTIONS LÉGALES