Les Jachères Apicoles
ACCUEIL   NEWSÉVÈNEMENTSPRESSEQUI SOMMES-NOUS ?VOS QUESTIONS SOUTENEZ-NOUS !  ADHÉREZ AU RBA 

Les résultats des intercultures apicoles pour l’alimentation de l’abeille domestique

Les essais menés par le Réseau Biodiversité pour les Abeilles sur la fréquentation par l’abeille domestique et d’autres pollinisateurs de couverts d’intercultures en fleurs confirme que ces ressources de fin de saison peuvent être abondamment fréquentées par les pollinisateurs. Et notamment pour des apports de pollen. Éléments de résultats.


Comment mesurer l’intérêt pour les pollinisateurs des intercultures ?

Les différents moyens de mesure de l’intérêt pour les pollinisateurs d’un couvert de CIPAN sont les suivants :

- vérifier l’adéquation entre les périodes de floraison observées sur le terrain et la période cible principale de floraison souhaitée (à savoir septembre - octobre).

Ces observations permettront notamment, les années suivantes, d’ajuster les périodes de semis afin de, si nécessaire, se rapprocher de cette période ciblée de septembre / octobre.

- mesurer l’abondance de pollinisateurs dans le couvert en fleurs :
     o abondance de butineuses abeilles domestiques,
     o abondance et richesse de papillons,
     o abondance et richesse d’autres taxons de pollinisateurs.

- mesurer la part du pollen des espèces implantées dans l’alimentation de colonies d’abeilles domestiques à proximité.

De ce point de vue, un des objectifs des intercultures mellifères est de permettre aux colonies de trouver des sources complémentaires à celles présentes dans la flore naturelle à cette période ; habituellement, en septembre / octobre, le lierre est la source majeure de pollen dans de nombreux paysages, et la présence d’intercultures pour diversifier ces apports ne peut être que bénéfique aux colonies.

Note : pour en savoir plus sur les moyens de mesure de la biodiversité en zones agricoles, faites un tour dans notre rubrique sur les indicateurs de biodiversité .


Les résultats butinage des intercultures apicoles

Les mesures effectuées par le Réseau Biodiversité pour les Abeilles ont permis de mettre en évidence qu’un couvert d’interculture bien choisi et en fleurs courant septembre et / ou octobre pouvait présenter à cette période une abondance en butineuses d’abeilles domestiques équivalente à un couvert de jachère apicole en pleine saison. C'est-à-dire jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de butineuses à l’hectare !

Au niveau des apports de pollen permis par ces intercultures, ils peuvent être très importants (particulièrement quand le lierre n’est plus en fleurs, ou qu’il est particulièrement peu présent) :
     - sarrasin : jusqu’à 35% des apports quotidiens,
     - moutarde blanche : jusqu’à 45%,
     - phacélie : jusqu’à 50%.

Ces chiffres montrent que de tels couverts peuvent être très efficaces à diversifier le bol alimentaire pollinique des colonies en proposant des ressources alternatives au lierre.

Autre avantage pour les apiculteurs (selon des témoignages faits au RBA) : des besoins en produits de nourrissement moindres dans les ruchers qui profitent de ces fleurs d’arrière saison par rapport à ceux qui n’ont pas accès à ce type de couverts dans leur environnement.

A noter enfin que le Réseau Biodiversité pour les Abeilles est associé à un projet mené par l’ITSAP Institut de l’Abeille à partir de 2011 sur l’impact de ces intercultures sur l’hivernage des colonies. 


LIENS UTILESCONTACTLEXIQUEJACHERES APICOLESMENTIONS LÉGALES