Les Jachères Apicoles
ACCUEIL   NEWSÉVÈNEMENTSPRESSEQUI SOMMES-NOUS ?VOS QUESTIONS SOUTENEZ-NOUS !  ADHÉREZ AU RBA 

Quelle composition des haies pour favoriser la biodiversité ?

Toutes les haies ne se valent pas en termes de bénéfices pour l’agriculteur et pour la biodiversité : l’état de ces infrastructures paysagères influe en effet de manière majeure sur leurs réels intérêts. Les principaux éléments à raisonner sont la composition des haies, leur structuration, et leur entretien.


Les essences de haies nectarifères et pollinifères

Le Réseau Biodiversité pour les Abeilles vous propose ci-dessous une liste d’espèces de ligneux qui sont tous intéressants pour leur production de pollen et de nectar.

Certaines floraisons de ligneux sont d’autant plus importantes pour les pollinisateurs qu’elles surviennent à des périodes où la flore herbacée ne propose que très peu d’espèces en fleurs : il s’agit du début de la saison apicole (février – mars, voire avril) et de la fin de saison (à partir de septembre, avec notamment le lierre, ressource majeure et incontournable pour les colonies en train de se préparer à l’hivernage).




Retrouvez une liste plus complète de ligneux à intérêt apicole en cliquant ici.

De l’importance de la diversité des haies

Afin d’augmenter l’intérêt des haies pour les pollinisateurs et le reste de la biodiversité, il convient d’éviter les haies monospécifique. Et de carrément bannir celles qui n’intègrerait qu’une seule espèce résineuse (thuya, épicéa ou cyprès…). En effet, elles sont de mauvais brise vent (en stoppant le vent, elles provoquent des tourbillons néfastes aux cultures), et présentent de nombreux autres désavantages (sensibilité aux maladies, haies très compactes peu favorables à la faune, très imperméables…)

Pour que les haies soient réellement bénéfiques pour la biodiversité, il faut donc qu’elles soient composées de feuillues, idéalement de différentes espèces, et qu’elles présentent plusieurs strates de végétation (strate buissonnante, strate arbustive, strate arborée), par exemple en alternant arbustes et buissons, et en insérant une essence de haut jet tous les 5 ou 6 individus.

Il est également important de conserver la partie herbacée au pied de la haie, où peuvent se développer des espèces complémentaires à celles présentes dans la flore herbacée de bords de champs.


Raisonner l’entretien des haies

Les modalités d’entretien sont un autre point influant de manière prépondérante sur l’intérêt des haies. Quelques règles à suivre :

          - éviter tout travail pendant la période sensible pour la faune sauvage, c’est à dire entre le 1er avril et le 1er septembre ; pour l’intérêt alimentaire des pollinisateurs, il faut éviter les périodes de floraison,

          - lors de la taille, privilégier les outils éclatant peu le bois (type lamier),

      - éviter de tailler trop souvent, pour laisser le temps aux arbres de fructifier (par exemple, n’intervenir qu’une fois tous les 3 à 5 ans),

          - laisser regarnir les trouées en favorisant les semis naturels,

          - conserver les arbres morts ne présentant pas de danger, et tolérer le lierre,

          - veiller à conserver les 3 strates et une largeur suffisante,

          - conserver une banquette herbeuse au pied de la haie.


LIENS UTILESCONTACTLEXIQUEJACHERES APICOLESMENTIONS LÉGALES