Les Jachères Apicoles
ACCUEIL   NEWSÉVÈNEMENTSPRESSEQUI SOMMES-NOUS ?VOS QUESTIONS SOUTENEZ-NOUS !  ADHÉREZ AU RBA 
News 

  (06/02/2014) Les mâles plus sensibles à Nosema ceranae



Une équipe Suisse a publié tout récemment dans PLOS One les résultats de ses travaux sur l’effet du sexe des abeilles sur leur sensibilité à Nosema ceranae. Vue l’origine des chercheurs, cette étude a d’ailleurs été pas mal commentée dans la presse helvète (voir ici ou encore là par exemple). Ci-dessous le résumé traduit et adapté par nos soins.


Dans le règne animal, il est courant d’observer des différences de sensibilité à certaines pathologies entre les individus mâles et femelles d’une même espèce. Chez les Hyménoptères eusociaux, et en particulier chez l’abeille domestique, les femelles (ouvrières et reine) sont diploïdes (deux exemplaires de chaque chromosome par cellule) et les mâles haploïdes (un seul exemplaire de chaque chromosome). L’hypothèse dite de « sensibilité haploïde » (haploid susceptibility) veut que les mâles haploïdes soient plus sensibles aux infections pathologiques.


C’est cette hypothèse que les équipes du Centre Suisse de Recherche sur les Abeilles de Liebefeld et de l’Institut pour la Santé de l’Abeille de Bern ont testée sur les abeilles. Les pathogènes testés sont le Nosema ceranae et le virus des cellules royales noires (BQCV pour Black Queen Cell virus), notamment car une possible synergie entre ces deux agents infectieux a déjà été mise en évidence.


Les résultats de ce nouveau travail de recherche n’ont pas permis de confirmer cette synergie entre N. ceranae et le BQCV. S’agissant des effets du virus, les auteurs indiquent que leurs essais montrent des effets limités du BQCV sur la santé aussi bien des ouvrières que des mâles, quel que soit le niveau d’infection considéré.


Au contraire, les résultats obtenus en situation d’infection par Nosema ceranae ont clairement varié en fonction du sexe des individus.


Bien que le niveau d’infection (mesuré par l’indicateur nombre de spores de nosema) soit plus faible chez les mâles que chez les ouvrières (cf. figure ci-dessous),
 
 




les faux-bourdons infectés ont présenté un taux de mortalité plus important
 
 


et une moindre masse corporelle que les mâles non infectés, alors que pour les ouvrières, les niveaux d’infection testés n’ont pas eu d’effet sur ces deux indicateurs.
 
 


Ces résultats suggèrent donc clairement que les mâles sont plus sensibles à Nosema ceranae que les ouvrières.


Vu le faible nombre de faux-bourdons dans chaque colonie, et vu que ces mâles ne participent de toute façon pas aux différentes tâches des ouvrières, cela n’a évidemment pas de conséquence directe sur la production de miel. Par contre, vu les niveaux de prévalence de N. ceranae dans les ruchers d’Europe de l’Ouest (ici l’exemple belge), on peut imaginer que cela explique en partie certains problèmes de fertilité des reines.


Cette étude révèle en tous cas clairement l’existence d’une différence importante de sensibilité, entre faux-bourdons et ouvrières, à une pathologie répandue. Ce phénomène n’était pas encore véritablement illustré chez l’abeille domestique, ce qui illustre bien qu’on n’a pas fini d’en découvrir sur la question des pathologies des abeilles, et sur les modalités selon lesquelles les différents pathogènes, et notamment le Nosema ceranae, affectent les colonies dans leur état de santé général et dans leur organisation.


Ces résultats montrent aussi que le niveau d’infection (ici plus faible chez les mâles) n’est pas un indicateur absolu de la sensibilité aux pathologies, et que des mesures de la mortalité et du développement sont nécessaires pour mieux cerner cette question de la sensibilité.


Source :
Retschnig G, Williams GR, Mehmann MM, Yañez O, de Miranda JR, et al. (2014) Sex-Specific Differences in Pathogen Susceptibility in Honey Bees (Apis mellifera). PLoS ONE 9(1): e85261. doi:10.1371/journal.pone.0085261.
http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0085261



Julien Chagué

Reproduction autorisée avec mention : © Réseau Biodiversité pour les Abeilles
et un lien vers le présent article.



Cet article a été ajouté en ressource à la rubrique Arbre des causes des facteurs de surmortalité des abeilles.
 
> Retour à la liste des actualités


LIENS UTILESCONTACTLEXIQUEJACHERES APICOLESMENTIONS LÉGALES