Les Jachères Apicoles
ACCUEIL   NEWSÉVÈNEMENTSPRESSEQUI SOMMES-NOUS ?VOS QUESTIONS SOUTENEZ-NOUS !  ADHÉREZ AU RBA 
News 

  (17/02/2015) La précocité d’activité de butinage chez les abeilles responsable de l’effondrement des colonies !

Pour mieux comprendre les raisons des effondrements de colonies, des chercheurs australiens ont utilisé des puces RFID sur des abeilles. Cette technique leur a permis d’avoir une meilleure interprétation du comportement de butinage des abeilles au sein des colonies.

Ces chercheurs ont ainsi montré que selon l’importance du stress auquel était soumise une colonie, il y avait alors une mobilisation plus ou moins importante des jeunes abeilles à devenir butineuses. L’objectif ainsi recherché serait de compenser la perte des butineuses afin de participer à la récolte de nourriture (pollen et nectar) et permettre de maintenir l’homéostasie au sein de la ruche. Si cette action permet dans un premier temps de compenser le stress subi par la colonie, elle a malheureusement pour conséquence d’accélérer l’effondrement de celle-ci. En effet, comme la performance de récolte de ces jeunes butineuses est très faible cela entraine une baisse drastique des ressources alimentaires au sein de la ruche. Ce manque de nourriture a au final pour préjudice d’engendrer du cannibalisme dans la ruche, de la part des abeilles envers les larves, faisant ainsi diminuer le couvainEnsemble des œufs, larves et nymphes présents dans une ruche. Or selon les auteurs de l’étude, ce serait dans ces conditions (réserves de nourriture et couvainEnsemble des œufs, larves et nymphes présents dans une ruche faible) que les colonies seraient les plus vulnérables et les plus sensibles à l’effondrement. Ils rapportent aussi que les stress à l’origine de ce processus de précocité d’activité de butinage serait à la fois dû à un faible stock alimentaire dans la ruche et à un fort taux de mortalité chez les butineuses (soit 2 fois supérieur à celui retrouvé au sein d’une ruche saine). Pour eux, ces forts taux de mortalité seraient imputables aux parasites que sont le Varroa et le Nosema.

Cette étude vient ainsi conforter l’importance de mener des actions efficaces en faveur de lutte contre ces parasites chez l’abeille domestique, mais également en termes de disponibilité de ressources alimentaires, afin d’endiguer ce fléau que constitue l’effondrement des colonies d’abeilles. Nous vous invitons à lire notre dernier communiqué de presse sur ce sujet.

Source: « Rapid behavioral maturation accelerates failure of stressed honey bee colonies » Clint J. Perry et al.
> Retour à la liste des actualités


LIENS UTILESCONTACTLEXIQUEJACHERES APICOLESMENTIONS LÉGALES