Les Jachères Apicoles
ACCUEIL   NEWSÉVÈNEMENTSPRESSEQUI SOMMES-NOUS ?VOS QUESTIONS SOUTENEZ-NOUS !  ADHÉREZ AU RBA 
News 

  (17/04/2015) Les carences en pollen lors du développement des larves d'abeilles : principales causes de leur déclin

Dans un précédent article, nous vous rapportions l’étude de Goulson et al. qui démontrait que l’effondrement des colonies d’abeilles doit être considéré comme un problème multifactoriel. Cependant, nous rappelions qu’il est nécessaire d’effectuer une hiérarchisation de ces facteurs pour mieux comprendre l’origine de ce déclin. Et bien un article paru ce mois-ci vient nous apporter un premier élément de réponse.

En effet, dans leur étude Scofield et Mattila ont souhaité évaluer quel pouvait être l’impact sur les abeilles d’un stress alimentaire survenu pendant leur développement larvaire. Pour cela, ils ont observé pour la première fois en conditions naturelles les conséquences physiques et comportementales d’une carence pollinique sur le couvainEnsemble des œufs, larves et nymphes présents dans une ruche d’une colonie.

Sachant que le pollen constitue tout au long du cycle de l’abeille, la principale source protéique, lipidique, vitaminique et minérale, alors un approvisionnement insuffisant en pollen peut constituer un véritable stress nutritionnel. Les auteurs ont ainsi comparé les caractéristiques physiques et comportementales d’abeilles issues d’un couvainEnsemble des œufs, larves et nymphes présents dans une ruche soumis à un stress pollinique avec celles de leurs congénères ayant été élevées dans de bonnes conditions, et ont pu détecter plusieurs différences.

Ainsi, les abeilles élevées dans les colonies stressées ont un cycle de vie beaucoup plus court que les autres, venant de nouveau confirmer les conclusions déjà obtenues il y a une quinzaine d’années par le Pr Jacobs (Université de Gand – Food quality assessment of pollen of wild and cultivated plant species, by survival tests with caged honey bees, In Journal of economic entomology, p. 43). Une différence dans le comportement de butinage a également été observée chez les abeilles de colonies stressées où une précocité de l’activité du butinage a été détectée avec les répercussions que cela peut provoquer (cf. Perry et al.). Tandis que les butineuses, issues des colonies carencées en pollen, montrent quant à elles des difficultés à réaliser la danse frétillante indispensable pour communiquer aux autres abeilles de la colonie la localisation exacte de la nourriture autour du rucher. De plus, quand celles-ci réussissent à effectuer cette danse, l’information transmise s’avère alors moins précise. Selon les auteurs, l’apparition des carences polliniques au stade du développement larvaire auraient également comme conséquence d’amplifier la sensibilité des abeilles vis-à-vis des pathogènes et des produits phytopharmaceutiques, accentuant un peu plus le phénomène d’effondrement des colonies.

Ces observations soulignent l’importance pour les abeilles d’avoir une nutrition adaptée en pollen afin de prévenir le déclin des colonies d’abeilles, tout en permettant d’assurer une bonne productivité de la colonie et de garantir un service de pollinisation efficace. Cette étude démontre bien que la problématique de la ressource alimentaire des abeilles et des insectes pollinisateurs en général, joue un rôle primordial dans l’effondrement des colonies d’abeilles.

Source: Scofield et Matilla, 2015 Honey Bee Workers That Are Pollen Stressed as Larvea Become Poor Foragers and Waggle Dancers as Adults
> Retour à la liste des actualités


LIENS UTILESCONTACTLEXIQUEJACHERES APICOLESMENTIONS LÉGALES